Présentation

Image du logo Parallèles

 

INDEXATION

La revue Parallèles est répertoriée dans les bases de données suivantes : Bibliography of Interpreting and Translation (BITRA), Directory of Open Access Journals (DOAJ), European Reference Index for the Humanities and Social Sciences (ERIH PLUS), Google Scholar, MLA International Bibliography (Directory of Periodicals), Translation Studies Bibliography (TSB).

 

OBJECTIFS ET PORTÉE

Revue universitaire fondée en 1978, Parallèles publie des travaux inédits et de haute qualité dans les domaines de la traduction, de l’interprétation et, plus généralement, de la communication multilingue ou multimodale. Elle est éditée par la Faculté de traduction et d’interprétation de l’Université de Genève.

La revue est en libre accès, fondée sur le principe de l’évaluation à double aveugle et, depuis 2013, disponible uniquement en ligne. Parallèles paraît deux fois par an – en avril et en octobre – avec, successivement, un numéro thématique et un numéro non thématique. Les propositions de thème pour les numéros spéciaux sont évaluées une fois par année. Elles doivent être soumises au plus tard le 1er octobre 2 ans et demi avant la parution du numéro, en utilisant le formulaire en ligne prévu à cet effet (à remplir en anglais ou en français). Concernant les numéros généraux, les manuscrits doivent être envoyés entre 18 et 12 mois avant la parution du numéro (soit entre mai et octobre de l’année n-1 pour une parution dans le numéro d’octobre de l’année n). Pour être publié, un article doit avoir suivi l’ensemble du processus d’évaluation, à savoir : accord initial par l’éditeur, évaluation anonyme par au moins deux experts externes et, au besoin, correction du texte par l’auteur ou les auteurs.

Parallèles est une revue multilingue : les articles peuvent être rédigés en français, en anglais, en allemand, en espagnol ou en italien et les contributions peuvent concerner d’autres combinaisons linguistiques. Tous les articles ont un titre, un résumé et des mots clés en anglais. La revue publie deux types de textes : des articles originaux – études empiriques, état de la littérature, articles théoriques – et des comptes rendus. Les articles ne doivent pas dépasser 8000 mots et sont à transmettre via la plate-forme utilisée pour la remise des manuscrits et l’évaluation par les pairs (pour plus de détails, se référer à la page Soumissions).

Les articles et comptes rendus publiés dans Parallèles sont soumis à la Creative Commons License CC-BY 4.0 qui permet l’utilisation, la distribution et la reproduction du matériel par tous les moyens et sous tous les formats à condition de créditer l’auteur et Parallèles en tant que source originale. Dans ce sens, l’auteur conserve les droits d’auteur. Les publications n’entraînent aucun frais.

La section Comptes rendus a pour but de rendre compte de publications importantes dans la discipline (monographies ou ouvrages collectifs), mais aussi de présenter des travaux innovants écrits dans différentes langues, y compris minoritaires, à une audience plus large et à un public international. Les comptes rendus doivent présenter le contenu du livre de manière détaillée et proposer une évaluation critique de l’ouvrage en faisant référence aux travaux du domaine. D’une longueur de 700 à 1500 mots, ils sont sollicités par le rédacteur en chef.

 

CHARTE ÉTHIQUE

La politique de la revue se fonde sur les directives établies par le COPE, Committee on Publication Ethics.

Responsabilités des éditeurs

L’acceptation des manuscrits soumis pour publication relève de la compétence et de la responsabilité des éditeurs. Ils examinent tous les manuscrits reçus rapidement et de manière impartiale.

Ils fournissent des directives claires à propos de la soumission et de l’évaluation. Dans leurs relations avec les auteurs et les évaluateurs, ils font preuve de tolérance, d’objectivité et de transparence.

Les éditeurs protègent la confidentialité des auteurs et l’anonymat des évaluateurs. Ils n’exploitent pas pour leurs propres recherches les informations non publiées présentes dans les manuscrits soumis.

Les éditeurs utilisent Compilatio pour s’assurer que les manuscrits soumis pour publication sont authentiques. La revue s’engage à publier des corrections ou une rétractation s’il apparaissait, sur la base de preuves convaincantes, qu’un article publié présente des erreurs ou n’est pas inédit. Les articles concernés seront supprimés du site Internet de la revue et un avis de retrait sera publié à la table des matières du numéro.

Responsabilité des auteurs

Les auteurs s’engagent à soumettre des recherches authentiques et à reconnaître de manière adéquate le travail d’autrui. Ils acceptent de remplir la Déclaration visant à établir le statut du manuscrit avant de soumettre un article.

Seules les personnes ayant apporté une contribution significative au manuscrit devraient figurer comme auteur. La revue part du principe que toutes les questions concernant l’attribution des différents auteurs soient réglées avant la soumission.

Les auteurs acceptent de participer au processus d’évaluation par les pairs et de modifier les articles conformément aux remarques reçues. Les auteurs sont censés indiquer où peuvent être trouvées les données sur lesquelles s’appuient l’analyse ou les résultats présentés dans leur manuscrit à chaque fois que cela est nécessaire.

Lorsque des êtres humains ont participé à l’étude, la revue s’attend à ce que les auteurs aient reçu une autorisation d’une commission d’éthique en amont de leur recherche. Dans le cas contraire, les auteurs doivent être en mesure d’exposer pourquoi cette autorisation n’avait pas été jugée nécessaire.

Responsabilités des évaluateurs

Les évaluateurs s’engagent à donner une appréciation objective et fondée, en utilisant la grille d’évaluation publiée sur le site de la revue. Ils doivent présenter et motiver leur avis de telle sorte que les éditeurs et les auteurs puissent comprendre sur quoi reposent leurs commentaires.

Les évaluateurs doivent déclarer tout conflit d’intérêts résultant de relations directes avec l’un des auteurs – notamment la compétition ou la collaboration – et éviter les situations où ce genre de conflits d’intérêts empêchent une évaluation objective.

Les informations confidentielles obtenues grâce à l’évaluation doivent être gardées secrètes et ne peuvent pas être utilisées de manière à en tirer un avantage concurrentiel.